Logiciels libres de communication

Téléphonie, visioconférence, messagerie instantanée

  • Briar ¹ ² : messagerie et forums ;
  • Tox ¹ ² : messagerie instantanée, transfert de fichiers, visioconférence, partage du bureau ;
  • Ring ¹ ² : messagerie instantanée, transfert de fichiers, voix et vidéo à deux ou en groupe ;
  • Retroshare ¹ ² : messagerie instantanée, voix et vidéo, messagerie, partage de fichiers ;
  • Silence ¹ : SMS et MMS sur Android. Silence s’appelait auparavant SMSSecure, c’est un dérivé de Signal (porte dérobée) ;
  • Ricochet ¹ ² : messagerie ;
  • Rocket.Chat ¹ : audioconférence et vidéoconférence (sans limite du nombre d’utilisateurs), partage d’écran, partage de fichiers, messagerie instantanée ;
  • Wire ¹ : voix, vidéo et discussions groupées ;
  • Adium ¹ : messagerie instantanée, envoi de fichiers ;
  • Pidgin ¹ : messagerie instantanée, envoi de fichiers ;
  • Nextcloud Talk : visioconférence et messagerie instantanée ;
  • BigBlueButton s’utilise avec un simple navigateur Internet. Il est intégré dans le standard téléphonique APPLIANCE ADS ;
  • Standard téléphonique Wazo (dérivé de XiVO) ;
  • Messagerie instantanée et partage de documents : Cryptocat ;
  • Messagerie instantanée, téléphonie, visioconférence et partage de fichiers : RIOT ¹ ² (anciennement Vector) (utilise le réseau décentralisé Matrix) ;
  • Jitsi : voix, vidéo, messagerie instantanée, partage d’écran, envoi de fichiers. Utilisé par exemple pour Framatalk ;
  • Basés sur XMPP :
  • Rambox regroupe plusieurs applications de communication.

¹ chiffrement de bout en bout (indispensable)
² réseau pair-à-pair (à privilégier)

Pour les logiciels utilisant le protocole de communication XMPP, utiliser OMEMO pour le chiffrement. Logiciels à éviter : voir l’étude de sécurité de l’EFF et l’article sur Framablog.

Visioconférence en mode web (webRTC)

Testez si votre navigateur web est compatible webRTC.

Réseaux sociaux

Stokage et partage de fichiers

Avec chiffrement de bout en bout :

Sans chiffrement côté utilisateur :

Messagerie électronique

La messagerie électronique proposée par les fournisseurs d’accès à Internet (Orange, Free etc.) limite la taille des messages envoyés, les bloque quand on est en déplacement et ne garantit pas la confidentialité des contenus stockés ou transférés. Il vaut mieux utiliser un logiciel de messagerie avec un chiffrement intégré et installer un serveur de messagerie électronique chez soi (ou chez un hébergeur si la confidentialité n’est pas nécessaire) et louer un nom de domaine chez un bureau d’enregistrement (Gandi par exemple). Cela permet d’utiliser des adresses de messagerie au nom de son organisme (prenom.nom@monorganisme.fr), de partager ses contacts et son agenda avec ses collaborateurs, de rapatrier ses messages sur son ordinateur ou de les laisser stockés sur le serveur de messagerie pour les consulter quand on est en déplacement ou bien les 2 à la fois (synchronisation). Exemples de serveurs de messagerie :

Autres suites bureautiques en mode Web avec partage des documents : OnlyOffice (voir aussi les offres Cloudwatt), LibreOffice Online (voir l’offre de Collabora), Calligra Suite, Synology Office.

Points à vérifier sur le serveur de messagerie :

  • La taille limite des messages en émission. La taille limite de chaque compte de messagerie (stockage des messages reçus).
  • Les listes de discussion.
  • Le répondeur automatique en cas d’absence. La mise en copie ou bien la redirection des messages vers d’autres adresses.
  • Antivirus et antispam.
  • L’adresse IP du serveur de messagerie n’est pas sur une liste noire (bloque la réception des messages par certains destinataires abonnés à ces listes). Testez sur http://multirbl.valli.org
  • Le DNS contient un champ SPF pour que les messages ne soient pas rejetés par le système Sender ID de Microsoft. Testez l’existence d’un champ SPF sur LOOKUP. S’il n’existe pas, générez-le sur SPF Wizard.
  • Le serveur SMTP n’est pas ouvert aux non-abonnés. Testez sur ChecOR.com.
  • Le serveur SMTP propose une liaison chiffrée. Testez sur starttls.info.

Migration :

  • Une fois le nom de domaine déposé, créez les nouvelles adresses de messagerie (prenom.nom@monorganisme.fr, contact@monorganisme.fr…) sur le nouveau serveur de messagerie et créez les listes de discussion.
  • Sur les éventuels anciens serveurs de messagerie d’Orange, Free ou autre, redirigez les anciennes adresses de messagerie vers les nouvelles adresses.
  • Sur chaque ordinateur, paramétrez l’accès au serveur de messagerie depuis un navigateur internet (Webmail) ou installez un logiciel de messagerie :
  • Transférez les messages, les contacts et les rendez-vous des anciens logiciels de messagerie vers le nouveau serveur de messagerie avec un connecteur IMAP ou vers le nouveau logiciel de messagerie avec un logiciel d’exportation :
  • Modifiez les adresses de messagerie sur votre site web, dans les imprimantes, les scanners et les photocopieuses en réseau, les alertes des onduleurs, des antivirus, des logiciels de sauvegarde, des disques durs RAID des serveurs…

Chiffrement des courriels :

Laisser un commentaire

↓